Mon top 10 otome games

Il y a quelques temps j’avais écrit que j’étais incapable de faire un top 10. Pourtant, quand je vois tout le monde réussir, je me dis que ce n’est sûrement pas impossible…Et donc voilà mon top 10 personnel !

10. Bara ni Kakusareshi Vérité (2016)

Plateforme : PSVita

La première fois que j’ai découvert l’existence de ce titre j’étais en mode « what the fuck is this shit ? ». Et puis Lulee en a fait une review et je me suis dis qu’en tant que française ça pouvait être drôle. Bara ni Kakusareshi Vérité est un drame historique plutôt convainquant malgré un scénario rocambolesque se déroulant durant la Révolution Française. En plus de proposer une partie visual novel classique, le jeu permet de se déplacer dans différents lieux afin de récolter items et faire des quêtes qui permettent de d’obtenir différents points nécessaires pour les fins des personnages. Si historiquement le jeu prend des largeurs, on sent que le studio Ichi Column s’est vraiment renseigner sur cette période historique et j’ai été charmée jusqu’au bout. Et Robespierre est devenu un de mes Best Boy avec ce jeu.

9. Prince of Stride (2015)

Plateforme : PSVita

Prince of Stride est un otome game qui n’a pas fait l’unanimité à sa sortie mais j’ai personnellement adoré. Certes, le gameplay n’est pas poussé aussi loin que certains jeux de simulation mais la tension est vraiment présente durant les courses qui demandent un minimum d’investissement afin d’être réussies. J’ai également adoré les personnages qui sont attachants avec des dynamiques de groupe qui renforcent la cohésion de l’histoire. Une belle surprise donc et une expérience qui m’a marquée. Bref, peut-être pas le meilleur otome game du monde mais une bulle de fraicheur nécessaire qui permet au jeu de rejoindre mon top 10.

8. Dance with devils (2016)

Plateforme : PSVita

Je me rappellerai toujours de ma réaction assez déconfite en découvrant la licence avec l’anime. Il faut dire que le parti pris d’une comédie musicale était plus qu’osé pour un jeu qui est finalement loin d’être drôle. Dance with devils est un vrai drame qui m’a séduit par sa galerie de personnages et ses routes façon « roller-coaster ». Autant vous dire qu’on ne s’ennuie jamais et les personnages gagnent en profondeur. L’univers, à peine exploré, mériterait un développement conséquent. Une très bonne surprise et un de mes otome games de coeur. Et Shiki est clairement devenu un de mes Best boy aussi.

7. Koezaru wa Akai Hana (2012)

Plateformes : PC, PSP et PSVita

Probablement l’un des otome games avec l’un des scénarios les plus travaillés qui soit. Pas étonnant que Dramatic Create se soit mis à produire une version dite « tous publics » d’abord sur PSP puis ensuite sur PSVita. Pour autant, le jeu n’est clairement pas pour les plus jeunes de part son ambiance mature et son histoire. Les personnages sont incroyablement bien développés et l’histoire mérite vraiment qu’on s’y attarde. Même Nala, l’héroïne est incroyable durant les routes. Un très bel otome game qui ne tombe pas dans les travers habituels du genre et offre le mieux de ce que les otome games peuvent faire en matière d’histoire.

6. Bakumatsu Renka Shinsengumi (2004)

Tags: Anime, D3 PUBLISHER, Bakumatsu Koi Hana, Kondou Isami (Bakumatsu Koi Hana), CG Art

Plateformes : PS2, Nintendo DS

En voilà un vieux jeu ! Bien avant que la vague Hakuouki, le studio Vridge dégainait déjà l’histoire tragique du Shinsengumi à travers un otome game d’aventure historique dense et particulièrement ardu. Avec une dizaine de personnages draguables, Bakumatsu Renka Shinsengumi (BRS) propose en effet de très nombreux choix au travers d’un système de dating simulation. Niveau histoire : pas de fantastique et les fins heureuses n’en sont pas toujours…Pour autant j’ai adoré me replonger dans cette période historique qui a le mérite, dans ce jeu-là du moins, d’être explorée et documentée. En revanche, je n’ai jamais eu le courage de compléter toutes les routes et fins tellement c’est long…

5. Kenka Bancho Otome (2016)

Plateforme : PSVita

Ce spin-off de la série des Kenka Bancho (ça ne s’invente pas !) propose le mariage improbable de baston et romance pour un résultat complètement dingue. Sans renouveler les poncifs de la narration, Kenka Bancho Otome est diablement efficace avec une héroïne qui en met plein la vue (et la tronche). Un otome game devenu rapidement culte par son ambiance originale et ses personnages. Il faut dire que les otome games trainent souvent une image de jeux assez machistes…tout l’inverse de Kenka Bancho Otome. Un must du genre que je recommande à quiconque souhaite se lancer dans les otome games.

4. Asaki, Yumemishi (2008)

Plateformes : PC et PSP

Je l’avoue, la présence d’Asaki, Yumemishi dans ce classement est plus d’ordre sentimental qu’autre chose même si on est assez nombreuses à avoir aimer cet otome game si on se fit au nombreuses reviews. Développé par un petit studio, Asaki, Yumemishi est servi par une narration de qualité, des personnages développés et des routes qui nous mettent face à des antagonistes différents. Le jeu est pourtant loin d’être facile puisque un seul faux pas peut mener à la mort ! C’est avec cet otome game que j’ai rencontré mon premier gros crush aussi.

3. Tokimeki Memorial Girl’s Side The 3rd Story (2010)

Plateformes : Nintendo DS et PSP

S’il y a bien un jeu qui m’a fait perdre la boule, c’est celui-là. Quand une de mes amies me l’a prêté, je n’aurai jamais cru autant accrocher. Dans la catégorie simulation de drague pure, Konami est un maître en la matière et le pendant otome de leur licence est loin de tout repos ! Pendant les trois années de lycée de notre héroïne, il faudra de la patience pour séduire le garçon de son choix. Mini-jeux, raising sim et interactions tactiles sont au programme ! Une de mes meilleures expériences du genre même si il faut une certaine patience, surtout quand vos crush vous envoient bouler au téléphone…j’attends le 4ème opus de la licence de pied ferme et rêvons, une localisation un jour ?

2. Kin’iro no Corda 3 (2010)

Tags: CG Art, Koei, Kiniro no Corda 3, Mizushima Arata, Official Art, Kure Yuki, Tecmo Koei

Plateformes : PS2, PSP, 3DS, PSVita

La série des Kin’iro no Corda m’est tellement chère et j’aurai pu mettre le 2 à cette place mais au final c’est bien la nouvelle génération de musiciens introduits avec l’épisode 3 qui m’a convaincue. Doté d’un gameplay solide et de personnages hauts en couleur, Kin’iro no Corda 3 est à mes yeux l’un des meilleurs otome games jamais sortis. J’aime mes loulous d’une telle force et le jeu a été d’une aide prodigieuse quand je fus dans le fond du trou. Certes, c’est un titre loin d’être simple à prendre en main et même difficile mais il y a un réel intérêt à découvrir les personnages, leurs passifs et de les voir évoluer tout au long du jeu. Pas étonnant que j’ai craqué pour l’édition collector ultime sur PSVita.

1. Ken ga Kimi (2013)

Tags: CG Art, Official Art, Rejet, Ken ga Kimi, Sagihara Sakyou, Kayo (Ken ga Kimi), Yomi (Pixiv390297)

Platformes : PC et PSVita

Et voilà le NUMBER ONE. Ken ga Kimi c’est la rencontre entre l’otome et le visual novel de qualité. La romance fonctionne incroyablement bien, l’histoire est écrite avec justesse et on s’attache énormément aux personnages, même secondaires. Les routes, comme habituellement chez Rejet, nous font passer par toutes les émotions et le jeu se révèle aussi long que prenant. La récente sortie sur Steam en langue chinoise donne à espérer une localisation anglaise et c’est tout ce que je souhaite à Ken ga Kimi.

PS : Tsuzu’ tu me manques. Beaucoup.


Et voilà ! C’est difficile de faire un top 10 sachant que chaque année de nouveaux jeux sortent et que niveau otome game il y a de quoi faire. Si j’ai mis autant de temps à sortir cet article c’est parce que j’ai toujours peur de devoir encore changer pour un nouveau jeu qui casse la baraque. Pour autant, je pense que le top 10 ne changera pas tant que ça, d’une part car je joue à de moins en moins d’otomes mais aussi parce que je suis bien obligée de faire une comparaison avec ces jeux présents dans ce top.

Et vous, quels sont vos otome games préférés ?