2019 fut une année très faste presque entièrement dédiée à la PSVita. Tant qu’à faire, autant lui offrir un dernier tour de piste ! Voici le bilan de cette année 2019 avec une note finale attribuée pour chaque titre.

Piofiore no Banshou

Piofiore no Banshou (commencé en 2018) : Quoi de mieux que de commencer l’année 2019 par un titre mature et violent ? Piofiore no Banshou fait partie de ces titres qui sur le papier vendait du rêve : des mafieux, l’Italie des années 1920 et une guerre des gangs typique des films du genre. Même si je ne regrette pas d’y avoir joué, j’ai en revanche beaucoup de mal à lui trouver du positif, notamment au niveau des protagonistes qui virent tous, un moment ou l’autre de l’histoire, dans le Balance ton otome boy. Pour autant, je n’ai pas détesté, la narration étant très efficace et l’ambiance mafieuse des années 20 une vraie réussite. Résultat : un très bon visual novel, un peu moins pour le côté otome. Une suite a été annoncée pour 2010 sur Nintendo Switch. Il y a des chances que j’y jette un coup d’oeil.

Verdict : 8/10

Yunohana Spring!

Yunohana SPRING! : Après la mafia italienne, il me fallait de la douceur, du gnan-gnan, du rose bonbon. J’ai jeté mon dévolu sur Yunohana SPRING! parce que il émanait du jeu une belle ambiance et qu’il était exclu de repartir sur du lourd. Clairement, ce n’est pas l’otome du siècle mais il fait le job avec ses moments love-guimauve, sa galerie de personnages sympathiques et une thématique principale assez moderne. En revanche, j’ai été beaucoup moins conquise par le personnage caché qui sort réellement de nulle part. Clairement pas indispensable mais idéal entre deux gros jeux.

Verdict : 7/10

Prince of Stride

Prince of Stride : Je n’étais pas rassasiée de slice of life après Yunohana SPRING! et j’ai enchainé sur un titre aux avis partagés. En effet, Prince of Stride porte bien son nom : c’est avant tout un jeu de sport sur lequel est greffé une partie otome. Etant consciente de ça, j’ai été conquise. La partie otome est très largement correcte et le jeu réussi à faire vivre un vrai stress durant les courses sous forme de tests de rapidité. Bref, Prince of Stride brille aussi par sa technique et il est pour moi l’un des meilleurs jeux du genre. Une belle surprise et je ne regrette pas l’achat de l’édition collector. Si vous aimez les animes de sport, ce jeu est pour vous !

Verdict : 8/10

Bara ni Kakusareshi Verite

Bara ni Kakusareshi Verite : Un otome game sur la Révolution Française. Avant de vous voir cliquer sur la croix et fermer cette page, sachez que j’étais tout aussi suspicieuse du résultat. Mais voilà, il y a de la magie dans l’air et pas seulement dans ce titre puisque Bara ni kakusareshi Vérité est une réussite. Enjolivant l’Histoire de France sans jamais la saccager, on en vient à apprécier de revivre les évènements troubles de cette époque. Richement documenté et s’évitant les pires clichés de la fiction sur l’époque, Bara ni kakusareshi Vérité est l’otome game qui m’a le plus impressionnée depuis mes débuts dans le genre. La partie « RPG » du jeu renforce l’immersion et malgré une ultime route très moyenne, cet otome game vous séduira, encore plus si vous aimez l’Histoire.

Verdict : 9/10

Variable Barricade

Variable Barricade : Dernier titre de Otomate sur PSVita, Varialbe Barricade s’est fait attendre pendant de longs mois avant d’enfin sortir en 2019. Ayant carrément précommander l’édition collector de chez Stella Worth, j’avais de bonnes attentes. Force est de constater que le jeu est une grosse déception. D’abord à travers son système de jeu – sur le papier, intéressant – qui en vrai n’apporte aucune interactivité. Le flowchart est également inutile puisque le jeu ne possède pas réellement d’embranchements au niveau des choix. Graphiquement c’est pas vraiment mieux : si les illustrations et le mode « chibi » sont de qualité, l’absence de lip-sync est impardonnable pour un jeu de 2019. Reste des personnages sympathiques avec quelques histoires intéressantes mais clairement Variable Barricade m’a laissé une sensation d’inachevé. Dommage de voir Otomate boucler la génération PSVita sur ce titre.

Verdict : 5/10

Dance with Devils

Dance with devils : Après avoir revu l’animé chez Lulee, celle-ci m’a gentiment prêté le jeu. Dance with devils a tout, sur le papier pour me plaire : c’est un jeu de Rejet donc QUALITAY au rendez-vous (pas comme le titre juste au-dessus) et une histoire de démons qui me rappelle Under the moon, un de mes otomes de coeur. Je dois dire que niveau émotions, Dance with devils est une vraie montagne russe qui ne laisse jamais de tout repos. Aussi, si l’anime verse parfois dans l’ambiance nanar musical, le jeu est beaucoup plus sérieux et violent et les routes suffisamment diversifiées pour toutes les faire avec intérêt. Un vrai coup de coeur. D’autant plus que le rythme soutenu permet au jeu de n’avoir aucun temps mort.

Verdict : 8/10

Koezaru wa Akai Hana

Koezaru wa Akai Hana : Il y a longtemps, j’avais fais ce jeu sur PC, dans sa version R18. Après un premier portage sur PSP, cet ambitieux titre d’Operetta Due est également sorti sur PSVita. Loin de simplement reprendre le jeu original, ce portage se dote de deux nouvelles routes et de nouvelles illustrations. Si les otome games manquent de maturité, Koezaru wa Akai Hana vous surprendra avec son scénario dense, ses personnages complexes et son ambiance mature. Un vrai bijou narratif servi par une OST de qualité. Malgré tout, le jeu reste déconseillé aux moins de 17 ans mais si les ados attardés vous gonflent, ce jeu fera votre bonheur d’autant plus qu’il se révèle être relativement long.

Verdict : 9/10

School Wars

School Wars : Je ne sais pas trop ce qui m’a pris, un moment dans l’année, de ressortir la PSP de sa sacoche. Avant d’aller plus loin : ce n’était pas une très bonne idée, surtout pour lancer School Wars. Ce titre de QuinRose sorti en 2012 ne brille absolument pas par sa narration, ni ses graphismes qui oscillent entre le franchement catastrophique et le tout juste bon. Le système de choix est un vrai bourbier, absolument pas logique sans parler des solutions qui ne mènent pas toujours vers les fins que l’on veut obtenir. Bref, si je n’ai pas fais de critique détaillée c’est que je ne voyais pas l’intérêt de vous servir mes reproches. A fuir.

Verdict : 2/10

Usotsuki Shangri-La

Utsotsuki Shangri-La : Dernière production originale de Rejet en date (je ne compte pas le fandisc de Dance with devils), Utsotsuki Shangri-La explore la mythologie nordique pour un résultat qui en a consterné plus d’un. Si graphiquement le jeu est de toute beauté, le scénario ne décolle jamais vraiment et les personnages ne connaissent pas de développement suffisant pour qu’on s’y attache. Une vraie déception pour un titre qui avait du potentiel.

Verdict : 4/10

Marginal #4 Road to Galaxy

Marginal#4 Road to Galaxy : J’adore les jeux de rythme et je me suis précipité sur ce titre développé conjointement par Rejet et Otomate. A l’instar de Prince of Stride, Marginal#4 Road to Galaxy est plus une tranche de vie articulée autour d’un jeu de rythme que réellement un vrai otome game. Pourtant on ne boude pas son plaisir tant l’univers est coloré et les chansons donnent la pèche. Si le jeu n’est pas très long, le platine demande un peu de dextérité. Une très belle surprise qui m’aura fait aimer le groupe Marginal#4. En effet, je me suis empressée de télécharger leurs trois albums…

Verdict : 8/10

Kin'iro no Corda 3

Kin’iro no Corda 3 : En achetant Kin’iro no Corda 2ff sur PSVita je me suis rappelée que j’avais le 3 sur PSP et j’ai eu envie de le ressortir pour la fin de l’année. Nouveau casting, nouvelle héroïne et gameplay plus complet font de ce jeu une expérience des plus réussies. En effet, on aurait pu croire à un bête copier/coller de la première génération mais la diversité des personnages et l’aspect compétition plus exacerbé m’ont transporté durant de nombreuses heures. Si vous aimez la belle musique et que les jeux de simulation vous manquent, cet jeu fera votre plus grand bonheur, d’autant plus qu’il est lui aussi disponible sur PSVita.

Verdict : 9/10

Résultat de recherche d'images pour "金色のコルダ オクターヴ""

Kin’iro no Corda Octave : Sorti pour les 15 ans de la série, ce jeu est une sorte de fandisc se passant dans une dimension parallèle où vont se côtoyer les personnages de Kin’iro no Corda 1/2 avec ceux du 3/4. Décrié à sa sortie par son aspect cheap, notamment au niveau du gameplay, le jeu se révèle plutôt sympathique sans être transcendant. Mention spéciale à la partie jeu de rythme avec une vingtaine de titres à compléter. A réserver aux fans de la série !

Verdict : 7/10

EDIT :

N’hésitez pas à visiter le blog de Lulee, elle a aussi fait son bilan de l’année.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s