– Otome Time ! – PersonA – Le fantôme de l’Opéra

Tags: Wallpaper, Official Wallpaper, Official Art, PersonA ~Opera Za no Kaijin~, Christine Daaé (Opera Za No Kaijin), The Phantom (Opera Za No Kaijin), Facebook Cover, HD Wallpaper

PersonA- Le fantôme de l’Opéra est un otome game réalisé par Mirai sorti en 2012 sur PC. Il est déconseillé aux moins de 18 ans et par conséquent, il contient évidement du contenu sexuel explicite. Je sais bien ce que vous allez me dire : je m’étais formellement interdite d’écrire la moindre review d’un otome R18. Je comptais tenir mon engagement mais en jouant à PersonA- Le fantôme de l’Opéra (dont je me suis permise de franciser le titre, pour plus de clarté), je me suis dis que celui-là avait le mérite d’être ainsi intéressant à décortiquer et à mettre en confrontation avec le roman dont l’histoire est tirée.

— Fiche technique —

PersonA ~Opera Za no Kaijin~ 
Développé par : Mirai
Date de sortie initiale : Avril 2012
Classification : R18 
Support : PC

— Synopsis —

Christine Daaé – que vous pouvez entièrement renommée – est une jeune femme passionnée par le chant, s’exerçant dans les tavernes. Elle est repéré par Remy, l’assistant du directeur artistique de l’Opéra de Paris. Désireuse de devenir la Prima Donna, elle rejoint alors l’équipe de l’Opéra. Malgré son talent, elle peine à faire sa place jusqu’à ce qu’elle entend une voix étrange lui enjoignant de suivre ses cours particuliers de chant. Très vite, Christine se rend compte que la voix appartient à celui que les membres du personnel appelle le Fantôme de l’Opéra. Ce dernier, défiguré, crie vengeance.

— Les personnages —

Christine Daaé

Christine Daaé (ou vous-même, pendant qu’on y est) : Notre héroïne, dont les parents sont décédés et le frère disparu, vit pauvrement à Paris, travaillant dans un café pour subvenir à ses besoins. Son destin bascule quand elle est remarqué par Remy, assistant du manager de l’Opéra. Reconnue pour ses capacités vocales, elle se retrouve en course pour être la prima donna, ce qui est loin de plaire à celle qui tient ce rôle. Christine est une jeune femme courageuse, malheureusement malmenée par son entourage loin d’être toujours bienveillant envers elle.

Firmin Richardr

Richard Firmin : Manager de l’Opéra. J’ai déjà un peu parlé du personnage dans Balance ton otome boy tant sa route est un caca ambulant. Richard accepte, sur les conseils de Remy, de prendre Christine à l’Opera tout en lui disant que ses chances de réussites sont très faibles. Sa route est d’ailleurs très représentative de sa personnalité : il rabaisse constamment le personnel de l’Opéra, soit disant que c’est comme ça que les gens montrent leur talent. Autant dire qu’on a vu plus sympathique…

Raoul de Chagny

Raoul de Chagny : Vicomte de Chagny, il est un ami d’enfance de Christine qu’il revoit des années plus tard après l’avoir sauvé en pleine rue d’un gros lourd. Il a toute la panoplie du Prince Charmant, puisqu’il l’a toujours aimé et que cette rencontre du destin ne fait que renforcer son amour. Plutôt naïf et idéaliste, il se heurte très vite à son frère qui s’oppose à sa relation avec Christine, du fait qu’elle n’est pas d’un rang convenable.

Philippe de Chagny

Philippe de Chagny : Comte de Chagny et directeur de l’Opéra, il se révèle être un homme distingué et d’une grande élégance. Il est supposé être fiancé à une personne de son rang mais évidemment, vous vous doutez bien que sa route consiste à voir Christine devenir sa maîtresse. Contrairement à Raoul, il se révèle bien plus strict et réaliste et son jeune frère devient même un rival dans sa route, étant donné son amour pour notre héroïne.

Remy

Remy : Assistant de Richard, Remy est un jeune homme plutôt froid et distant et complètement sous la coupe de son directeur. Il est bien plus lié à Christine que ce qu’il laisse entendre et les tenants et aboutissements de sa route risquent bien de provoquer quelques nausées chez certains.

Phantom of the Opera

Erik / Le fantôme de l’Opéra : Sa route se débloque une fois qu’on a terminé toutes les autres. Pour ainsi dire, il incarne l’antagoniste principal du jeu, notamment dans la route de Raoul. Donnant des cours de chant à Christine, il fait en sorte qu’elle accède au rôle de la prima donna par tous les moyens possibles. Et quand je dis TOUS les moyens, c’est qu’il n’hésite pas à recourir au meurtre. Autant dire qu’on aborde sa route sans trop savoir à quoi s’attendre vu qu’il a essentiellement cherché à nous violer et séquestrer…

Tags: The Phantom of the Opera, Erik (The Phantom Of The Opera), PersonA ~Opera Za no Kaijin~, The Phantom (Opera Za No Kaijin)

— Tragédie et porno à l’Opéra —

Sous ses airs de jeu de cul à la con, PersonA : le fantôme de l’Opéra possède bel et bien un scénario. Alors bien évidemment, il ne faut pas s’attendre à de le grande littérature, malgré que ce soit l’adaptation otome d’un roman…ouais Mirai a osé. Je n’aurai jamais parié sur Le fantôme de l’Opéra comme otome possible mais bon, les japonais sont très imaginatifs. L’idée à beau être un peu étrange, on adhère assez vite à l’histoire et les personnages se révèlent particulièrement crédibles. En effet, Mirai semble ne pas faire l’erreur habituelle de transformer tout ce qui est historique en nanar ambulant. On est donc très loin d’une catastrophe à la Musketeer.

Evidemment, qui dit otome R18 dit scènes de cul et les inévitables scènes de viol. Oui je sais, c’est triste. Le pire étant qu’elles détruisent pas mal l’harmonie générale du jeu et que les personnages changent de visage de façon tellement brutale que ça en devient grossier. Certaines fins peuvent en revanche être intéressantes, notamment le triangle Raoul/Philippe et le très juste Raoul/Erik. Je dois vous dire que j’apprécie beaucoup Raoul et que je me suis sentie très mal quand ce pauvre petit s’est retrouvé délaisser au profit de son bâtard de frère ou de l’abominable Richard. Et que dire de Erik ? Il est sensiblement le même que dans le roman, simplement plus violent et sans pitié. Donc oui, Christine prend cher avec lui mais d’un autre côté, on ne peut pas dire que le personnage soit à la base quelqu’un de très sain dans sa tête.

Si l’histoire ne renouvelle pas les poncifs du genre, PersonA : le fantôme de l’Opéra réussi quand même à être surprenant. On s’attend tellement à un gâchis monstre qu’au final le jeu est loin d’être ridicule, ni même terrible. Alors, est-ce parce que j’ai l’habitude de voir que les choses tournent mal dans les otome R18 mais pour le coup, malgré quelques scènes problématiques – exclusivement destinées aux fins alternatives et non pas principales – le jeu s’en sort très bien. Seul bémol dans ce tableau : on aurait aimé une version all-ages du jeu, comme l’avait fait Mirai pour les Hoshi no Oujo.

Tags: PersonA ~Opera Za no Kaijin~, Remy (Opera Za No Kaijin), Firmin Richard

— Le système —

Persona : Le fantôme de l’Opéra fonctionne comme un visual novel classique. Vous aurez, à certains moments du jeu, des choix de dialogues qui vous mèneront sur la route que vous souhaitez. A savoir que la route du Fantôme est bloquée et qu’il vous faudra terminer toutes les routes pour l’obtenir.

Pour le reste, le jeu possède l’essentiel des options avec une galerie CG, la possibilité de réécouter les OST et de revoir l’opening.

— Les graphismes —

S’il y a bien un point où le jeu se défend à merveille, c’est par sa qualité graphique. Les arrière-plans sont particulièrement soignés et retranscrivent à perfection le Paris du XIXème siècle. Les sprites sont en revanche un peu moins réussi, notamment quand le jeu veut faire dans « l’action ». En effet, les effets de distance sont assez mal gérés. Cependant, ce n’est qu’un détail sur un jeu qui affiche réellement de très belles illustrations (dont la moitié sont pornos, ben oui désolée).

Tags: IDEA FACTORY, PersonA ~Opera Za no Kaijin~, Lucas (Opera Za No Kaijin), De Chagny Raoul (Opera Za No Kaijin), De Chagny Philippe (Opera Za No Kaijin), Christine Daaé (Opera Za No Kaijin), Remy (Opera Za No Kaijin), Firmin Richard, Daroga, The Phantom (Opera Za No Kaijin)

— Avis final —

Oui je sais, j’avais dis : JAMAIS de reviews d’otome R18. Ce n’est pas PersonA : le fantôme de l’Opéra qui va changer la donne. En réalité, si j’ai souhaité en faire la critique, c’est parce que le jeu est basé sur le roman de Gaston Leroux et que j’étais bien curieuse de ce qu’allait donner une version otome…et encore plus une version otome R18. Bien évidemment, si vous n’avez jamais touché à un jeu de ce type, il faudra vous accrocher, surtout si la violence (notamment sexuelle) vous gène.

En dehors de cet aspect, qui est en plus difficile à outrepasser, PersonA : Le fantôme de l’Opéra possède une intrigue plutôt intéressante et on s’y prend rapidement au jeu de vouloir faire les différentes routes. Chaque personnage a en effet ses secrets et le jeu suit plus ou moins bien l’histoire du roman, en dehors du fait que Raoul et Erik ne sont désormais plus les seuls à vouloir se farcir Christine. Sur ce point, le fait d’avoir rajouter des prétendants potentiels n’est pas toujours du plus bel effet, surtout quand les personnages ont un dédain certain pour l’héroïne dans les routes des autres et deviennent soudainement intéressé. C’est notamment le cas pour Richard où clairement son intérêt pour Christine est tout sauf sain…et qu’il a été pour moi le pire personnage du jeu. Oui, même pire que Erik mais lui a l’excuse au moins d’être un antagoniste.

Curieusement, j’aurai tendance à penser que PersonA : le fantôme de l’Opéra est un des meilleurs otome R18 que j’ai pu faire. Si on oublie les fins alternatives qui s’aventurent sur le terrain du viol et de la violence, la route principale des protagonistes les rendent plutôt safe et comme indiqué plus haut, l’histoire tient relativement la route. Le seul problème étant que le jeu pousse à faire toutes les fins et qu’on aurait mieux aimer ignorer leur existence…

— Bilan—

Histoire

Note : 3 sur 5.

Ecriture

Note : 2 sur 5.

Système de jeu

Note : 3.5 sur 5.

Graphismes

Note : 3 sur 5.

Bande sonore

Note : 4.5 sur 5.

Malgré des choix narratifs douteux pour donner de la difficulté relative au jeu, PersonA – Le fantôme de l’Opera – est loin d’être un mauvais otome game. Cependant, il reste un titre déconseillé aux moins de 18 ans avec des scènes de viol difficiles à éviter. On s’y attend mais ça reste toujours du gâchis sur les personnages…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s