Psychedelica of the Black Butterfly est un otome game développé par Sting (qui a co-développé avec Aquaplus et Leaf de nombreux hits (White Album, Date A Live, Utawararumono, Tears to Tiara II…)). Ce jeu marque leur première (et unique à ce jour) collaboration avec Otomate. Sorti d’abord en 2015 sur PSVita au Japon, il a été licencié par Aksys Games pour une sortie en langue anglaise au mois de mai 2018. Alors, qu’est-ce que ça donne quand un studio qui ne fait pas d’otome game se lance dans le genre ? Soyons honnête, Psychedelica of the Black Butterfly s’inscrit bien plus dans une logique visual novel que otome, grâce à un bon travail de narration. On aurait presque aimé voir une partie RPG même.

Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole" Fiche technique Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole"

Kokuchou no Psychedelica
Psychedelica of the Black Butterfly 
Développé par : Sting
Date de sortie initiale : Janvier 2015
Classification : Cero C
Support : PSV / PC


Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole" Synopsis Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole"

Vous incarnez Beniyuri, une jeune femme qui se réveille dans un manoir étrange. Sans aucun souvenir de son identité et de sa vie passée, elle est rapidement attaquée par un monstre et réussit à le fuir grâce à un jeune garçon aussi perdu qu’elle : Hikage. Très vite, ils font connaissance avec d’autres personnes amnésiques et doivent faire face à un défi particulier : le maître du manoir leur demande de compléter le kaleidoscope pour pouvoir sortir du manoir et retourner dans le monde réel.

Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole" Les personnages Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole"

Minato Ai

Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole"Beniyuri : L’héroïne de l’histoire. Amnésique, elle ne se souvient pas de son nom, ni de sa vie passée. D’un naturel plutôt optimiste, Beniyuri tente du mieux qu’elle peut de ne pas être un fardeau pour les garçons, tout en menant sa quête des souvenirs. Evidemment, elle n’échappe pas, comme beaucoup d’héroïnes à se sacrifier pour autrui et affronter des dangers qu’elle aurait pu éviter. A noter qu’elle est entièrement doublée par une seiyuu, en l’occurence par Mai Nakahara, connue pour son rôle de Nagisa dans le chef d’oeuvre Clannad. De ce fait, Beniyuri n’est pas cantonnée à la place de potiche muette et on s’attache profondément au personnage, tant elle est considérée dans le jeu comme une protagoniste avec une histoire et un développement.

Hikage

Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole" Hikage : Ce jeune homme, amnésique, sauve Beniyuri au début du jeu, quand elle est poursuivie par un des monstres du manoir. Sa capacité d’adaptation en fait très rapidement le leader du groupe dans leur quête pour retrouver les morceaux du kaléidoscope. Il forme en effet le groupe à se battre contre les différents monstres. Niveau caractère, Hikage n’a rien d’exceptionnel, étant plutôt renfermé tout en étant très protecteur de l’héroïne. Il n’hésite pas à la sauver à plusieurs reprises. Il gère également bien l’esprit de groupe, évitant au maximum les disputes entre les différents membres. Je vous laisse découvrir la raison pour laquelle le jeu le considère comme le main guy du groupe.

Kagiha

Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole" Kagiha : Ce jeune homme est un peu le grand-frère du groupe, veillant sur chaque membre. D’un naturel sensible, Kagiha ne supporte pas les conflits et sa maturité s’impose assez vite face aux querelles parfois puériles des autres garçons. Il veille particulièrement sur Beniyuri en se montrant très attentionné, par exemple en lui apportant du chocolat chaud pour la réconforter ou tout simplement prenant de son temps pour l’écouter. Personnage central de la common route, il y tient un rôle aussi déconcertant que poignant et ce n’est pas sa route qui sauve les meubles tellement on est dévasté par le sort du personnage.

Karasuba

Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole" Karasuba : DES CLAQUES. DES BAFFES. *ahem*. Karasuba c’est ce gars super cool, voire même assez sensationnel dans la common route à qui on a envie de mettre des méga claques au bout de quelques chapitres. Faisant office de joyeux luron aux blagues douteuses, Karasuba cache un profond traumatisme en plus d’un gros complexe d’infériorité. Vous savez, cette chose qui fait que dans un otome game, un gars peut soudainement devenir un vrai malade. Bref, la jalousie latente de Karasuba est révélée progressivement au cours du jeu et je dois vous avouer qu’il mérite lui aussi de rentrer dans la liste de Balance ton otome boy. Heureusement, sa vraie fin permet au personnage de faire son mea-culpa, ce qui est pas si mal vu que la majorité n’ose même pas s’excuser d’être un bâtard.

Monshiro

Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole" Monshiro : Personnage énigmatique du jeu, Monshiro intervient à plusieurs reprises, d’abord pour sauver les protagonistes contre les monstres puis ensuite en guidant Beniyuri sur le chemin de la vérité. Caché derrière un masque de renard, Monshiro n’attire pas la sympathie des membres du groupe du fait qu’on ne sait rien de lui et qu’il n’est pas spécialement loquace. D’un naturel très calme, on se doute bien qu’il est présent dans le manoir depuis bien plus longtemps que les autres, ce qui amène bon nombre de suspicions. Cependant, il fait office de route cachée qui se débloque tardivement et assez difficilement vu l’énorme plot-twist qu’il représente. Assurément le meilleur personnage de tout le jeu.

Yamato

Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole" Yamato : Ah, ce tsundere ! Il en faut toujours un n’est-ce pas ? Yamato, c’est ce garçon qui s’emporte pour un rien, même si Karasuba y est souvent pour quelque chose. D’un naturel plutôt froid, il disparait malheureusement assez vite dans le jeu, ce qui provoque une cassure évidente dans la confiance du groupe. Derrière son caractère renfermé, Yamato cache aussi de profondes blessures et trouve rapidement du réconfort auprès de Beniyuri qui est, on peut le dire, sa bouée de sauvetage. On peut également affirmer que sa romance est la mieux dosée du jeu et que le couple qu’il peut former avec l’héroïne est le plus crédible. Bref, un bon personnage qui a le mérite de ne pas s’embourber dans des mauvais travers.

Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole" Les papillons de la mort et le chemin de la rédemption Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole"

Psychedelica of the Black Butterfly c’est un peu l’itinéraire de la vie et de la mort. Enfermés dans un manoir inquiétant, poursuivis par des créatures dangereuses, la vie de nos héros tient à un fil…s’ils n’étaient pas tout simplement dans un entre-monde étrange et rempli de désespoirs. La clé de leur retour : leurs souvenirs. Mais le maître du manoir est bien plus machiavélique et cherche autant la rédemption que à l’imposer à ceux qui dansent dans sa main. Pour guider nos héros, il suffit non pas de suivre le lapin blanc mais les papillons blancs. Les noirs mènent à l’horreur lorsqu’on succombe au désespoir qui sommeille en nous. Un terrible drame, des liens plus étroits et une histoire qui doit de nouveau être racontée pour continuer à vivre.

La rédemption c’est la thématique principale de ce titre où chaque personnage affronte son passé pour ainsi avoir le droit de continuer à vivre. Il n’est pourtant pas simple de se confronter à des souvenirs effacés qui deviennent soudainement un danger tant le désespoir peut prendre le dessus et transformer nos héros en monstres. Ainsi, pour sortir du manoir, il n’est pas tant question de retrouver ses souvenirs et la clé se trouve dans la capacité de chaque personnage à admettre sa propre situation. C’est ce qui rend Psychedelica of the Black Butterfly particulièrement dramatique, autant par son scénario que le passif des personnages. En effet il est difficile de ne pas être gagné par l’émotion.

Evidemment, tout n’est pas forcément rose et il appartient à chacun d’apprécier ou non les actions passées et futures des personnages et leur évolution. En cela, le personnage de Hikage divise particulièrement et je ne pense pas qu’on arrive à un consensus face à un protagoniste qui connait une évolution aussi originale que déroutante. C’est aussi pour cela qu’il est très difficile d’évoquer l’univers du jeu sans se mettre à spoiler tant la common route s’avère être un pan entier du scénario, les routes annexes ne faisant que développer assez banalement les personnages. Pourtant, malgré un scénario plutôt court, le tout est suffisamment développé pour ne pas provoquer la frustration, sauf peut-être pour ceux qui attendaient des routes réellement dédiées aux personnages avec des développements appropriés. Au final, ce choix de narration porte l’univers du jeu et ses personnages pour un résultat réussi.

Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole" Le système Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole"

Alors autant vous le dire de suite, le système de choix de Psychedelica of the Black Butterfly est un vrai casse-tête. Comme n’importe quel visual novel vous aurez effectivement des choix de réponses, mais pas seulement. Pour vous donner une idée du merdier, voici un petit exemple :

N21dKk3.jpg

Le jeu est construit sur un sytème d’arborescence que vous complétez au fur et à mesure que vous avancez dans le jeu. Et pour avancer et débloquer les « routes » des personnages, il vous faudra lire des « shorts stories » qui approfondissent (ou pas) certains moments clés de l’histoire.  Sur le principe, je trouve le concept original et bien pensé dans le sens qu’il évite au joueur de se retaper quinze mille fois le prologue. Cependant, on ne va pas le cacher : sans guide, vous risquez avoir des difficultés à débloquer toutes les fins du jeu, sachant que le jeu ne vous guide pas spécialement et que les embranchements de routes interviennent de façon décousue.

Pour complexifier d’avantage le système et débloquer les shorts stories, vous aurez besoin de points qui s’obtiennent avec un mini-jeu de shoot. A savoir qu’il vous faudra presque 9000 points pour débloquer toutes les shorts stories. En progressant dans le scénario et en réalisant à chaque fois le mini-jeu, vous ne devriez pas avoir trop de problèmes à obtenir le nombre de points requis.

2.jpg

Pour le reste, on y trouve l’essentiel avec une galerie CG et une compilation des musiques du jeu.

Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole" Les graphismes Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole"

Le gros point fort de Psychedelica of the Black Butterfly sont évidemment ses dessins absolument sublimes qui retranscrivent aussi bien le désespoir que le bonheur. Autant dire que les CG sont splendides et qu’il m’est arrivé à plusieurs reprises de rester une bonne minute à les observer tant elles ont un travail de couleur et de mise en scène remarquables. On peut juste reprocher au jeu d’avoir des sprites un peu trop génériques et relativement statiques, surtout pour un titre de 2015. On pardonne facilement ce choix tant à côté le travail graphique est remarquable.

Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole" Avis final Résultat de recherche d'images pour "papillon symbole"

Je vais être franche, je m’attendais pas à ce que Psychedelica of the Black Butterfly me mette une claque. Bien que relativement court, il réussit à transmettre une vraie émotion et le suspense est particulièrement bien ficelé. D’ailleurs je vous conseille d’éviter de mettre les pieds sur VNDB ou même de voir les CG du jeu, vous risquez de vous prendre du beau spoil dans la tronche, ce qui serait dommage tant le climax du VN risque de vous mettre en PLS. D’ailleurs, c’est à ce moment-là que Psychedelica of the Black Butterfly prend son envol et qu’on assiste, complètement choqué, à une réalité bien plus sombre derrière l’histoire.

C’est la force de ce VN, de malmener ses personnages et de ne leur faire aucun cadeau. Même Beniyuri, notre héroïne s’en prend plein la tronche avec des évènements difficiles à encaisser et un traumatisme pas simple à surmonter. Autant dire qu’on sympathise beaucoup pour les personnages et qu’on a envie qu’ils s’en sortent, alors que pour certains, leur destinée est inéluctable. Cette tragédie sied parfaitement à l’ambiance et s’évite l’écueil des fins deus ex machina ou s’épanchant dans la facilité. Le risque est important mais fait de Psychedelica of the Black Butterfly un otome game qui assume pleinement d’être un pur visual novel et pas seulement un bête jeu de drague.

Cet aspect, probablement difficilement défendable, fait pourtant de ce titre un visual novel à part, assumant d’écarter sa romance au profit d’une histoire. Cependant, tout n’est pas parfait et Psychedelica of the Black Butterfly souffre justement de ce parti-pris scénaristique. En effet, difficile de ne pas avoir un goût d’inachevé tant les routes dédiées aux personnages sont courtes et, en dehors de celles de Hikage et Monshiro, n’apportent pas grand chose au scénario. Dommage tant l’histoire principale est absolument incroyable et pleine d’émotions.

— Bilan—

Histoire

Note : 4 sur 5.

Ecriture

Note : 4.5 sur 5.

Système de jeu

Note : 5 sur 5.

Graphismes

Note : 4.5 sur 5.

Bande sonore

Note : 4.5 sur 5.

Psychedelica of the Black Butterfly n’est pas passé loin du chef d’oeuvre grâce à son scénario ficelé et ses personnages convaincants. Malheureusement, les « routes » se révèlent très décevantes et n’apportent pas tellement à l’univers. Cependant, il reste un titre qui surprend et qui mérite d’être joué. 

Une réflexion sur “– Otome Time ! – Psychedelica of the Black Butterfly

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s