OZMAFIA !! est un otome game de Poni-Pachet d’abord sorti en 2013 sur PC puis porté sur PSVita en 2016. La même année, l’éditeur américain MangaGamer achète les droits de la version PC pour lui fournir une localisation anglaise. Si l’accueil est mitigé, OZMAFIA!! est un otome game relativement ambitieux, servi par une direction artistique royale et des personnages aussi fantasques que assez brillants. Sans être l’otome game du siècle, OZMAFIA !! est un visual novel intéressant de part ses choix narratifs et de son univers.

— Fiche technique —

Ozmafia!!
OZMAFIA !!
Développé par : Poni-Pachet
Date de sortie initiale : Juin 2013
Classification : Cero C
Support : PC / PSV / Nintendo Switch

— Synopsis —

Fuuka (que vous pouvez renommez) se réveille dans une ville étrange, sans aucun souvenir de sa vie passée. Pire encore, la première personne qu’elle rencontre lui déclare calmement qu’il compte la tuer, sans expliquer la raison. Alors que Fuuka fuit, elle tombe sur Caramia, le don de la famille Oz. Après avoir mis en déroute son agresseur, il propose à la jeune fille la sécurité et un toit. Cependant la ville où a atterri Fuuka est tout aussi étrange puisque  différentes familles mafieuses se livrent une guerre de gang fantasque.

— Les personnages —

♦ Fuuka : Notre héroïne. Fuuka est une jeune femme amnésique et par conséquent elle hérite de toutes les tares de la bonne cruche d’otome game : naïve, gentille (trop), pas spécialement intelligente et se faisant embarquer dans certaines situations particulièrement…malsaines. Autant vous dire qu’on a clairement envie de lui en coller une de temps à autre.

Caramia : le chef de la famille Oz. Caramia est une personne serviable, gentille et optimiste. Il est régulièrement en conflit avec Kyrie. Il prend sous son aile Fuuka, lui garantissant sa sécurité. Sur pas mal de points de vue, il a tout du prince charmant. Il est le lion du roman Le Magicien d’Oz.

♦Kyrie : consigliere de la famille Oz. D’un tempérament sec et particulièrement pas aimable, Kyrie prend très au sérieux son rôle dans la famille ainsi que de la guerre de gang qui sévit en ville. Il rentre souvent en conflit avec Caramia, qu’il juge trop flexible et sans autorité. Il est l’épouvantail dans Le Magicien d’Oz.

♦ Axel : Un des capitaines de la famille d’Oz. Axel est un personnage taciturne, pas particulièrement souriant mais que sous son air glacial se révèle un vrai guimauve. Il assure la sécurité de Fuuka sous les ordres de Caramia, ce qui sera d’ailleurs son excuse bidon durant une partie de sa route. S’il n’est pas intéressé par l’héroïne, il finit par s’y attacher. Il est le bûcheron en fer blanc du roman Le Magicien d’Oz.

♦ Caesar : Le chef des Loups, vivant à l’extérieur de la ville et attaquant régulièrement les habitants. Caesar est celui qui tente, à plusieurs reprises, de tuer Fuuka. Ses motivations sont alors très flous et il faudra attendre l’ultime route pour enfin avoir des réponses. Sa route, plutôt courte, n’apporte pas grand chose à l’univers.

♦ Pashet : La chef des chats bottés. Oui ils ont osé. Pashet est un personnage féminin qui possède sa propre route. D’un tempérament de guerrière, elle se lit pourtant d’amitié avec Fuuka alors qu’elles ne sont pas dans le même camp.

♦ Robin Hood :  Le médecin de la ville. Inspiré évidemment du personnage de Robin des bois. Sa route permet de recoller les morceaux entre celle de Caramia et de Hamelin puisqu’il en est la victime indirecte.

♦ Scarlet : Un des capitaines de la famille Grimm. Scarlet est en effet Le petit chaperon rouge du conte en question. Il fallait bien un pur tsundere dans le jeu. Malgré qu’il soit dans une famille ennemie, Scarlet s’entend très bien avec les membres de la famille Oz et leur rend régulièrement visite, se posant aussi comme conciliateur de paix. Sa route, bien que courte, permet de mettre en avant l’un des antagonistes principaux du jeu.

♦ Soh : Bras droit de Caesar, Soh fait donc partie du groupe des Loups. Pourtant, à l’inverse des autres qui vivent en dehors du village, Soh s’y est installé avec son échoppe où il y cuisine des plats. Joyeux et positif, il s’entend très bien avec Axel. Sa route, l’une des plus étranges du jeu est liée au scénario.

♦ Dorian Gray : Dirigeant de la maison close de la ville (oh wait), Dorian est à l’extérieur un homme raffiné et un vrai gentleman qui se montre particulièrement attentionné envers Fuuka. En réalité c’est un prédateur dangereux qui tente d’enfermer les gens dans sa maison close afin qu’ils deviennent ses pantins. Heureusement, dans un de ses fins, il finit par obtenir ce qu’il mérite…

♦ Hamelin : Exilé de la ville pour avoir commis un crime, Hamelin apparait tardivement alors qu’il est le chef de la famille Grimm. Véritable psychopathe, il ne fait que provoquer la violence autour de lui, ses motivations n’étant pas toujours très avancées pour expliquer le pourquoi du comment. Il est évidemment inspiré du personnage de Hamelin.

— Voyage dans la dimension des contes —

OZMAFIA !! se veut bien plus profond que la simple histoire d’une pauvre amnésique tombée dans le pays des contes. En cela, la structure narrative a le mérite d’être intéressante même si elle demande de l’investissement aux joueurs, tant les routes sont nombreuses et certaines assez courtes. Pourtant, cela vaut le coup d’arriver à la vraie route finale qui m’a autant surprise que charmée. D’autant plus qu’elle se permettait de développer le roman Le Magicien d’Oz d’une façon originale, pleine d’ambitions même. En effet, si les routes ont chacune leurs histoires, très vite, les éléments des unes et des autres se recoupent jusqu’à la True End.

Les personnages sont dans l’ensemble plutôt fouillés et ont chacun leur caractère et leurs passifs. Evidemment, le jeu n’évite pas les bons vieux clichés du genre mais on ne peut reprocher au jeu d’avoir tenté de les rendre intéressants. La relecture du Magicien d’Oz dans les routes de Caramia, Kyrie et Axel est d’ailleurs. assez bien amenée. Il reste Dorian Gray, personnage détestable qui a rejoint la liste spéciale #balancetonotomeboy. La route du Bordel reste un moment assez déconnecté du jeu, limite hors propos mais assumée. Les Reverse Routes sont en revanche particulières et tranchent avec la monotonie du jeu.

L’utilisation de différents contes et romans jeunesse reste à l’appréciation de chacun et on regrette que certains personnages soient complètement sous-exploités. En effet, si les routes de Caramia, Kyrie et Axel permettent de mettre en avant l’oeuvre originale dont ils sont issus les autres personnages ne bénéficient pas de ce traitement scénaristique. Sans parler de bâclage, car le jeu ne l’est pas, il est dommage de voir que tous les personnages ne soient pas mis au même niveau de développement. De ce côté-là, on est loin de la mise en abîme des univers du conte comme dans Zettai Meikyuu Grimm.

— Le système —

OZMAFIA !! est un visual novel classique avec des choix de réponses. Cependant, à différents moments du jeu, vous avez la possibilité de vous déplacer et de choisir à qui parler. Rien de bien compliqué en soit. Là où le jeu se révèle « intéressant » c’est dans les Reverse Routes où, alors qu’on est déjà sur la route d’un personnage, on peut switcher avec un autre love interest. Pour débloquer le Grand Final, il vous faudra faire toutes les fins, même les plus mauvaises. Des guides sont disponibles un peu partout pour vous aider à y voir plus clair.

— Les graphismes —

De ce côté-là rien à redire. OZMAFIA !! possède des graphismes somptueux signés Satoi. Le chara-design est également aux petits oignons. Personnellement j’ai apprécié le côté très coloré du jeu mais également les décors très vivants et enchanteurs. Le jeu possède une belle identité graphique. Les CG sont également de qualité.

— Avis final —

J’ai bien aimé OZMAFIA !! malgré les routes parfois bancales, les Reverse Routes qui faisaient craindre le pire (quand on a touché à des jeux R-18 on a peur, croyez-moi) et la route du Bordel (oui vous avez bien lu) qui a été source de cauchemars. Je n’ai d’ailleurs toujours pas compris l’objectif de cette route à part l’envie des développeurs de casser l’aspect mignon du jeu. D’autant plus qu’à part provoquer l’effroi, il n’y a absolument rien à en tirer de cette route. Bref, un délire un peu étrange qui visiblement avait l’objectif d’apporter un côté « mature » au jeu.

Quand au reste du jeu, j’ai apprécié de voir la double fin répondre à toutes les questions du scénario. Il y en a un peu marre de ces jeux qui proposent un scénario pour au final n’apporter aucune réponse à la fin (coucou Amnesia: memories ou Norn9). De ce côte-là OZMAFIA !! s’explique sur le double épilogue de la meilleure façon possible et on finit le jeu avec l’impression d’avoir lu une histoire complète. Autant dire que ça fait plaisir et que j’ai eu une satisfaction à aller au bout.

Petit point sur les Reverse Routes. Beaucoup les ont trouvé scandaleuses. De mon côté, parce que j’ai peut-être eu l’habitude des otome games où les gars se déchirent pour une nana, parfois en venant à faire des trucs vraiment pas nets (coucou Akazukin to mayoi no mori), mais j’ai trouvé que c’était plutôt bien construit au final. Evidemment, sur le concept, ça fait pas très « otome game » mais OZMAFIA !! n’est pas le seul jeu du même type à proposer ces choix. Dans Storm Lover on avait aussi la possibilité de changer de copain au cours du jeu, voire même de provoquer un triangle amoureux. Alors bon, c’est pas les Reverse Routes qui vont forcément être plus choquantes. Elles évitent même de devenir malsaines avec des personnages qui s’entretuent pour le coeur de la cruche.

OZMAFIA !! a des défauts mais j’ai apprécié la lecture de l’histoire et les personnages qui, sans être originaux, ont tous leur personnalité. Le jeu est d’ailleurs somptueux grâce aux illustrations de Satoi. Moi qui l’avait juste vu sur Diabolik Lovers j’ai été surprise de voir qu’elle était capable de créer des personnages très différents au niveau du design. Bref, le jeu est disponible sur Steam pour 32€. Vu la longueur du jeu (Environ 50h) et l’histoire c’est un prix plus que correct ! Si les éditions dématérialisées ne sont pas votre dada, sachez que vous pouvez acheter le jeu chez MangaGamer en édition physique pour 28€ (oui le dollar est avantageux !)

— Bilan—

Histoire

Note : 3 sur 5.

Ecriture

Note : 3 sur 5.

Système de jeu

Note : 3.5 sur 5.

Graphismes

Note : 4 sur 5.

Bande sonore

Note : 3 sur 5.

OZMAFIA!! n’est pas dénué de défauts mais le jeu s’en sort grâce à une narration plutôt solide, des personnages originaux et une belle bande sonore. On regrettera juste des « subs-routes » aux intérêts très contestables et les Reverse Routes qui craignent un peu. 

Une réflexion sur “– Otome Time ! – OZMAFIA !!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s