3b5f1f147a62b6fff075ebd75016cb1e.jpg

Les héros d’otome games, ce ne sont pas uniquement des princes charmants. Il y a aussi ceux qui font tout pour être détestables, nous malmènent et nous violentent, pour leur plus grand plaisir. Malheureusement, les joueuses d’otome games sont masochistes et aiment souffrir, alors les jeux possèdent leur lot de psychopathes et violeurs en tout genre.

C’est ainsi que j’ai eu l’idée de dénoncer les pires travers des otome games et mettre en avant ces personnages détestables. Après tout, ce n’est pas parce que c’est de la fiction qu’on doit tout pardonner à ces êtres en 2D. D’autant plus que leurs raisons sont souvent floues, pas tellement justifiées et ne servent qu’à donner raison à des faits de violence sexuelle.

N’hésitez pas à participer pour dénoncer vos pires cauchemars. Voici une sélection de personnages que je qualifie de pires personnages. Evidemment ces choix se portent sur des traits spécifiques des personnages. En l’état, ceux-là n’ont aucune raison de faire ce qu’ils font et le contexte dans lequel ils évoluent, ce qui en fait pour moi des personnages détestables.

Pour cette sélection, Lulee et Sibu-Xiang ont voulu ajouter leur grain de sel. Leurs sélections en fin d’article. Je vous invite à y participer dans les commentaires.

C’est parti !

Dorian Gray Ozmafia !!

Rarement un personnage aura autant cristallisé de haine. Il faut dire, Dorian Gray fait fort. Sa route est en réalité partagée avec deux autres personnages et est appelée celle du Brothel. Oui vous avez bien lu, c’est bien une route où l’on se retrouve dans une maison close. Si Ozmafia !! n’est pas classé R-18, on se doute bien que notre pauvre héroïne s’y fait violer, notamment par Dorian, enfermée dans une des chambre de cet hôtel bien particulier. Quand à savoir comment elle se retrouve là-dedans, je vous laisse le loisir de le découvrir par vous-même. Bref, Dorian est un personnage odieux et dégueulasse et il occupe une place de choix dans cette liste de l’enfer. Sachant que mon esprit l’avait oublié jusqu’à ce que j’attaque la review de Ozmafia !! (le cerveau, cette magnifique invention).

Seule et maigre consolation, l’une des fins permet de soumettre Dorian et de le transformer en esclave sexuel. Un peu de justice dans ce monde.

Souya Nagi – Tsundere S Otome

Alors lui aussi, dès que j’ai vu, je savais que ça allait mal se passer. Souya est prêtre. Voilà. Il est censé vivre dans le célibat et la piété…mais bien évidemment, on est dans un otome game alors forcément ça se passe pas du tout comme c’est censé se passer. Là où ça devient grave, c’est que même en admettant qu’une romance est possible, elle prend la pire des tournures. L’héroïne est humiliée et violée par ce monstre. Souya est pire que détestable en plus d’être un cliché ambulant. Ben oui, c’est la personne censé être la plus saine du jeu mais au final c’est la pire…

Itsuki – Norn9 – War Commons

Dans la catégorie « harcèlement sexuel », Itsuki tient une bonne place. Rarement j’ai eu envie de balancer la console par la fenêtre. Il n’y a absolument rien de romantique avec lui. Le personnage passe son temps à nous harceler, soit disant pour qu’on se révèle à nous-mêmes et à nos sentiments. C’est juste incroyablement malsain et le jeu fait passer ce comportement comme étant normal. MAIS NON. MAIS NON. MAIS NON. Tout pue le caca avec Itsuki. J’imagine que je vais me faire atomiser par ses fans mais je suis désolée, je hais ce mec.

Chihiro Konno – Kuro to kin no akanai kagi

Les professeurs, c’est censé être des gens biens. Après le prêtre violeur, nous avons donc le prof violeur. Encore une excellente idée. Déjà que à la base Kuro to kin no akanai kagi souffre des problématiques du genre à savoir : une héroïne niaise avec des problèmes sociaux bien réels et des personnages gravitant autour d’elle la traitant comme la dernière des cloches. Le soucis c’est qu’il y avait moyen de faire progresser l’héroïne autour d’un cercle d’amis sain, sauf qu’on est dans un otome R-18. Chihiro c’est donc le prof qui a l’air bien sympa, qui t’aide à progresser à l’école et socialement et qui, on sait pas trop comment, vire connard sadique yandere (arrachez-moi le clavier s’il vous plait) avec tout un tas de sévices dont je vous passe les détails. Autant vous dire que j’ai rapidement arrêté sa route tellement j’avais envie de vomir.

Yamaneko – Akazukin to mayoi no mori

Yamaneko c’est le genre de personnage louche. Dès que je l’ai croisé la première fois, je savais que j’allais en baver, raison de plus pour avoir fait sa route en dernier. Si elle ne révélait pas autant sur le scénario je l’aurai probablement écartée…mais ma curiosité était grande. Après tout, l’univers était plutôt sympa mais les mystères sur les origines de l’héroïne me laissaient perplexe. Chat perfide, Yamaneko n’est donc ni sympathique, ni adorable et manipule notre héroïne, (et tous les personnages par extension) lui faisant croire à l’amour alors qu’en fait, il en a rien à faire. Bon y’a bien une histoire plus profonde qu’il n’y parait mais sincèrement vu qu’il est responsable de pas mal de crimes pour des raisons assez constables aka « on m’aime paaaaas » et que après nous avoir chié dessus pendant tout ce temps, on a peu de mal à y croire aux beaux sentiments…

Toma – Amnesia:memories

LA CAGE. THE FUCKING CAGE. Ne le cachons pas, les 90 000 ventes sur Steam l’ont été uniquement parce que tout le monde voulait la voir. LA CAGE. Toma c’est un formidable yandere dans le sens que sa route est habilement construite. En revanche on est moins convaincu par les tenants et aboutissements de l’histoire, à savoir que notre héroïne finit par pardonner à notre psychopathe de l’avoir enfermée dans une cage pendant des jours.  Il y a une bien une consolation : la fin normale est celle où l’on fuit ce monstre. Bref, Toma a beau être un excellent personnage, il n’en reste pas moins un vrai bâtard jaloux avec un grain au cerveau.

Seizh – Under the moon

Dans le même genre que Toma, Seizh c’est le gars typiquement jaloux qui en plus fait un gros complexe d’infériorité par rapport à son frère jumeau, Leni. L’amour fraternel vole rapidement en éclat et Seizh déraille sérieusement allant jusqu’à comploter avec les anges pour buter son frère (et l’héroïne, puisqu’elle est la fille du Roi des Démons). On oublie pas les indispensables scènes de viol qu’il fait subir à l’héroïne, tout en se morfondant sur le fait qu’il sera toujours une merde par rapport à son frère. Par conséquent on retrouve la fameuse tirade « on m’aime paaaas » pour justifier de vouloir tuer tout le monde. Mais bien sûr.

EinsIjiwaru my master

Si on devait résumer Eins, il serait celui qui veut être calife à la place du calife. Subalterne de Leon, il cherche par tous les moyens de l’évincer de sa position dans la noblesse. Pour ça, rien de mieux que d’utiliser l’humaine de service pour ça. En effet l’héroïne se retrouve au début du jeu par hasard dans le monde des Démons et vendue sur une place de marché. On a vu mieux comme début dans un otome game. Choisissant de suivre un beau blond, elle se retrouve au château comme esclave…et pas seulement pour servir le thé. Eins a de sombres ambitions, ce qui ne le rend pas plus sympathique. Attention à sa queue de dragon fourré sous sa robe…Un personnage exécrable donc et en plus bien vilain.

Richard Firmin – PersonA – Opera za no Kaijin –

Bonjour, je suis un méchant connard. Ah, faut une explication ? Richard est la patron de l’Opera où s’y trame des évènements étranges. Comme tous les bishos du jeu, il essaie de se taper la pauvre Christine qui a juste le tord d’être belle. Sauf que lui, il lui dit qu’elle est moche et que sa carrière ne décollera jamais. On se demande bien pourquoi il l’a embauché hein. Bon évidemment y’a une sombre histoire de mafia et de trucs pas nets derrière mais être traitée de caca ambulant pendant la moitié d’une route avant d’être servie par du « ma chérie je t’aime », ça commence à devenir vachement insupportable. Sans parler des inévitables scènes de viols.

Masato KurumiIf God were to exist in this world

Vous voulez connaître le pire personnage de cette liste ? Masato remporte la palme d’être le plus gros connard de l’univers. Effacé dans les faces A des routes des autres personnages, il devient ensuite le boss caché, pour des raisons qui sont source d’interrogations. Plus on avance, plus on découvre l’horreur. Sa route est une tragédie, une monstruosité, une infamie qui pourtant ne cache jamais l’effroyable personnage qu’est Masato. C’est un psychopathe, un monstre dont les problèmes psychologiques sont particulièrement effarants, sans parler de son obsession pour l’héroïne. A force de vouloir systématiquement se taper sa soeur, on appuie sur le SKIP TEXT pour éviter d’entendre plus d’horreurs. Un monstre.

 

Mejojo & Auger von Garibaldi – Black Wolves Saga

Deux pour le prix d’un. Si vous ne connaissez pas Black Wolves Saga, ceux qui y ont joué vous diront de vous méfier de ces deux personnages. Certains vous diront même de fuir et ne jamais vous retourner. Bref, Mejojo et Auger sont loin d’être des personnages sympathiques et n’hésitent pas à torturer et humilier l’héroïne pour leur plus grand plaisir. Autant vous dire que la romance est morte et que ce n’est clairement pas les justifications à base de « on m’a volé ma chocolatine au goûter » qui sont de meilleur goût. Non je déconne, les deux frères ont de bonnes raisons de faire ce qu’ils font (bon okay, pas de violenter la pauvre cruche), il est donc difficile de totalement leur en vouloir.

ffad25036af477b37e5a58e07831a606.png

Shiki – Period Cube – Torikago no Amadeus – 

Par Lulee

C’est bien simple: peu importe la route, rien ne va avec ce personnage. C’est bien joli de vouloir créer un Paradis dans lequel sa petite soeur (d’alliance, précisons-le) chérie pourra vivre heureuse pour l’éternité, mais on se rend vite compte que ses actions ne servent en aucun cas la pauvre Kazuha pour qui il voue un amour totalement démesuré et malsain. Cet « amour » est d’ailleurs sa seule excuse pour tuer des gens qui ont strictement rien demandé et, bien évidement, peloter sa soeurette pendant qu’elle dort la nuit tout en prenant le jour l’apparence d’une mignonne petite mascotte douce et innocente aka le total inverse de ce qu’est Shiki. Dire que c’est pour retrouver une ordure pareille que les personnages principaux se mettent dans de beaux draps. Shiki aurait clairement du rester comme indiqué dans le synopsis du jeu: disparu.

Laito Sakamaki – Diabolik Lovers

Par Lulee.

C’est facile de dénoncer la totalité des personnages de la license mais on va se contenter du pire du pire: Laito. Il ne se contente pas d’humilier et d’harceler sexuellement Yui, il s’avère que le bougre apprécie énormément voir d’autre s’en charger pour lui. Ce qu’il y a de beau c’est que jamais ça ne change, en 4 jeux on aura toujours droit à des menaces de viols de la part de Laito, oui même dans les derniers opus où lui et l’héroïne sont déjà censés avoir bâti un semblant de relation amoureuse. Mais c’est pas grave, « il est si torturéééé ». L’attachement que Yui finit par éprouver à son égard n’a rien de sain et se rapproche plus du syndrome de Stockholm doublé d’un sentiment de pitié parce que « mais c’est pas de sa faute, sa mère elle était pô gentille ». Pour couronner le tout, il se sert de l’empathie de Yui à base de « Mais tu sais, j’aimerai bien mourir« , tout ça pour qu’on excuse son comportement de serial violeur. Vas-y Laito, on te regarde.

Amari Isora

Isora Amari – 7’scarlet

Cousin éloigné de Toma de Amnesia:memories (sans déconner, vous allez voir), Isora a tout l’air du chic type, un peu dragueur sur les bords mais pas bien méchant. Enfin en apparence seulement parce que passé un certain stade de sa route, notre jeune homme vire yandere. Il finit, face aux différents incidents qui ont lieu en ville, de subitement d’enfermer notre héroïne dans le sous-sol d’une résidence. Ni plus, ni moins. Alors, on se dit que c’est pour la sécurité de la bichette toussa. Sauf qu’en réalité, personne n’est au courant que notre gourdasse est dans ce sous-sol, Isora ayant omis d’en informer le reste du groupe. Tout de suite, ça fait vachement plus flipper. Sans parler du fait que si vous osez poser un peu trop de questions, monsieur s’énerve. Bref, Isora c’est le mec qui empoisonnerait ses rivaux sans scrupules pour avoir l’héroïne pour lui tout seul.

 

Kougami Akira

Akira Kougami – Nil Admirari no Tenbin: Teito Genwaku Kitan 

Par Sibu-Xiang

Akira, c’est ce garçon calme, mature, un peu froid mais en même temps capable de pleurer devant un film au cinéma. Mais il garde ses distances avec les gens, et on comprends vite pourquoi ! Juste quand on pense pouvoir lui faire confiance, il se révèle être un traître, et notre héroïne est la première à en faire les frais. Après avoir réussi à échapper à Takashi (Notre véritable méchant) qui tente de la violer, elle se retrouve face à Akira et lui explique tout. Attendant surement du réconfort de ce dernier, il n’en est rien ! Non, monsieur se dit que si Takashi peut jouer avec elle, il peut faire de même. Et même mieux, si il l’a viole en premier, elle sera à lui et aura tout droit dessus ! Bref, comment passer du prince charmant au connard de service en quelques instants… Merci Akira.

Yang

Yang – Piofiore no Banshou

Yang est un cas particulier puisqu’il est l’antagoniste principal du jeu. Dès le début il apparait comme un dangereux psychopathe qui découpe en rondelle ceux qui se mettent au travers de son chemin. Autant vous dire qu’on appréhende particulièrement sa route…et en effet, rien ne va avec Yang. Après sa capture réussie de l’héroïne, il va lui proposer deux choix : soit elle devient sa maîtresse soit il la laisse en pâture à ses hommes de main. Et le troisième choix ? Ahahah. La romance marche difficilement, même si Yang s’adoucie progressivement (encore heureux) mais j’ai toujours au travers de la gorge son attitude de début de route où il est absolument dégueulasse avec l’héroïne. Paradoxalement, il est un des meilleurs antagonistes d’otome games que j’ai pu rencontrer, notamment parce qu’il reste droit dans ses bottes tout au long du jeu. Il n’empêche qu’il mérite quand même de figurer dans ce top de l’enfer.


Alors, êtes-vous d’accord ? Si vous ne l’êtes pas, donnez-nous vos explications en commentaires ! Si vous avez d’autres personnages à ajouter, faites ! Eventuellement, la liste pourra s’agrandir…

5 réflexions sur “Balance ton otome boy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s