Petit guide pour bien choisir ses otome games

Après mon article sur le consentement et le respect dans les otome games, je me suis rendue compte qu’il serait essentiel de dresser un guide pour mieux guider ceux qui voudraient se lancer. Parce que oui, vu que la réception assez mauvaise de certains titres et les thématiques, on ne peut pas conseiller n’importe quel otome game à une personne. L’exemple que je prends systématiquement c’est If God were in this world que je ne conseille à personne car je ne peux pas savoir les passifs de ceux qui me lisent et ainsi créer une situation de malaise. Fort heureusement, tous les otome games ne parlent pas de thématiques aussi difficiles.

Alors oui, je le redis, les avis qui suivent ne tiennent que de mon ressenti personnel. N’hésitez pas à venir en discuter en commentaires si vous êtes d’accord ou au contraire en désaccord. Et éventuellement, proposer de nouveaux choix de jeux à conseiller 🙂

 Oui faut aimer la romance…à la japonaise

Avant toute chose, si vous êtes réfractaire à la romance, il vous sera difficile d’accrocher aux otome games. Ça parait sûrement assez logique mais en réalité, une fois les pieds dans le plat, il vous faudra faire face à quelque chose de plus complexe : l’appréciation d’une romance à la japonaise. Et autant vous dire que vous pouvez être rapidement dérouté par le déroulement des romances. A savoir oui que la violence, psychologique, physique ou sexuelle peut être présente. Si vous n’êtes pas à l’aise avec une certaine forme de brutalité, renseignez-vous avant d’acheter un otome game.

Shitara.Seiji.full.604931

♥Mon choix personnel : Tokimeki memorial girl’s side : The 3rd Story (DS/PSP)

Développé par Konami (Sisisi), la série des Tokimeki memorial est culte au Japon, d’autant plus qu’elle a sauvé son développeur d’une liquidation dans les années 1990. L’épisode qui nous intéresse ici est le 3ème de la série Girl’s side destinée…aux filles. Sorti sur PSP en 2010, le jeu bénéficie d’une fan-traduction et je vous encourage à vous y lancer. Fonctionnant avant tout comme un simulation, il vous faudra gérer la vie d’une lycéenne durant ses trois années de lycée en développant des compétences pour séduire l’élu de son coeur. Le jeu est loin d’être facile et il n’est pas honteux ici de recourir à différents guides pour arriver à ses fins. La partie la plus délicate étant les sorties amoureuses où il faudra en plus s’habiller au goût de son amoureux.

Si vous cherchez de la drague et de la romance, ce jeu est parfait pour vous. Les histoires ne sont pas sensationnelles mais on s’attache aux personnages qui vous susurrent votre doux prénom (oui vraiment). Graphiquement, le jeu est une pure merveille, comme on pouvait l’attendre d’une société comme Konami. Croyez-moi c’est dur de décrocher !

Les héroïnes peuvent être stupides

Si vous vous attendez à rencontrer des personnages féminins forts qui ne se laissent pas marcher sur les pieds, vous pouvez – en partie – abandonner l’idée de toucher à ces jeux. Certaines héroïnes, comme celle de Code:Realize (auquel je n’ai pas encore joué donc je me base sur les avis) ou celle de Collar x Malice se font beaucoup moins malmener par le casting, ce qui relève d’un exploit. Cependant, pour les besoins de l’immersion (quelle belle connerie…), les héroïnes d’otome games sont souvent dénuées de personnalités pour que les joueuses puissent se mettre à leur place. Confession personnelle : Je ne me suis pourtant jamais autant sentie concernée quand elles en avaient. Je finirai simplement par dire que cette tendance à le comble de devenir généraliste avec l’explosion des otome sur mobiles…

♥Mon choix personnelKenka bancho otome (PSV)

Développé par Red Entertainment Corporation et édité par Spike ChunsoftKenka bancho otome a été la sensation de l’été 2016. Alors que les joueuses désespéraient avec des serpillères d’héroïnes, Hinako a rapidement imposé un modèle aussi contradictoire que bienfaiteur. Se retrouvant dans un lycée pour garçons dans le rôle de son frère jumeau, l’Académie Shishiku a aussi la particularité d’accueillir essentiellement des délinquants. Qu’à cela tienne, Hinako/Hikaru se sert brillamment de ses poings pour mettre à genoux ceux qui osent s’opposer à elle/lui. Et ce n’est pas ses prétendants qui diront le contraire puisque eux aussi vont en faire les frais.

Là où Kenka bancho otome fait fort c’est que le jeu fait voler en éclats les clichés des otome games, notamment celui de l’héroïne faible qu’il faut impérativement sauver. Hinako se défend seule, notamment via un mini-jeu de combat hilarant. Le choix de proposer une héroïne aussi forte, avec des convictions et du charisme aurait pu être assez casse-gueule sur le papier mais autant dire qu’on est conquis. Bref, si vous cherchez une héroïne qui en impose avec des personnages ultra-safe, Kenka bancho otome est le jeu idéal !

Les garçons sont des goujats

Oui malheureusement, vous vous en rendrez vite compte mais les protagonistes que vous êtes censés draguer sont souvent des bougres aux comportements assez étranges. Si les gentils tsundere vous feront craquer, les yandere vont plutôt vous faire fuir sous votre couette. Sans parler des psychopathes de service, quand le jeu se veut sérieux et proposer des antagonistes. Avec qui on peut finir sinon c’est pas rigolo. Bon je dois l’avouer, rejoindre le côté obscur de la force c’est parfois assez fun et ça casse pas mal le rythme de croisière de certains titres. Asaki, Yumemishi avait été d’ailleurs un pur plaisir pour avoir pu rejoindre Ichito qui nous avait bien mis la misère durant tout ce temps. Idem dans Hakuoki Shinsengumi kitan où l’on peut envoyer bouler nos gardes du corps pour le méchant. Pour le reste, beaucoup d’otome games souffrent de relations forcées et relativement abusives, marquées la plupart du temps par un temps de développement très court et d’une nécessité à développer la romance. Sauf que voilà, ça marche pas à tous les coups.

illust_10

♥Mon choix personnel Ken ga kimi (PC/PSV)

Il y avait de quoi avoir peur vu que le jeu est développé par Rejet. Pourtant, Ken ga kimi, sorti d’abord sur PC puis sur PSVita tranche avec les habitudes du studio. Si l’histoire ne fait pas dans la dentelle avec une violence graphique bien présente (aussi bien dans les CG que sur les sprites), les protagonistes masculins ne montrent jamais la moindre menace envers l’héroïne. Et ça, bon sang, ça fait du bien ! Se sentir en sécurité avec des personnages qui te respectent, ça m’a permis de créer un attachement réel pour eux. Je me suis sentie bien plus concernée par leurs histoires que s’ils avaient usé de violences ou s’étaient montré abusifs. C’est l’énorme qualité de cet otome où la romance est menée avec brio.

En plus, le chara-design est un pur régal pour les yeux (enfin les miens !) et le jeu bénéficie d’une qualité graphique rare. Une chose est certaine, j’ai été conquise en partie par cette sécurité qu’instaure les personnages et leurs développements respectifs. Et puis bon Tsuzuramaru ♥ Bref, un jeu qui réussi à construire une ambiance mature tout en proposant des personnages safes !

Les scénarios peuvent être…très nazes

Parce que on est dans des jeux romantiques, les otome games souffrent souvent d’un gros manque au niveau de leurs scénarios. Si certains assument d’être légers, d’autres vont vouloir nous appâter avec des plots gros comme des châteaux. De cartes. Parce que tout aura tendance à s’effondrer. Récemment c’est le très mauvais Snow bound land qui m’a rappelé que de belles illustrations et un univers cool ne suffisaient pas à faire un bon otome game. Ni un bon visual novel en général. Malheureusement, il faut s’attendre que parce que il y a une romance à développer, le scénario est souvent passé comme élément secondaire. Et à l’inverse, ceux ayant des scénarios développés souffrent…d’une romance moins développée ! Décidément, on est jamais content…

collarmalice1

♥Mon choix personnel : Collar x Malice (PSV)

Sorti à l’été 2017 en Occident, Collar x Malice était précédé d’une excellente réputation au Japon, saluant son scénario complexe et déroutant. Pour le coup, c’est effectivement l’un des meilleurs scénarios d’otome game, pas mal aidé par son contexte. Mais si Collar x Malice brille, c’est parce que il assume complètement son scénario, se permettant même de mettre une grosse claque sur la fin. Les thématiques de société et leur terrible écho à notre propre monde en font un otome game qui est certes, pas très joyeux, mais sans jamais céder à une forme de perversion. Bravo Otomate !

Si pour souhaitez tenter l’expérience des otome games, Collar x Malice est probablement celui que je vous conseillerai en priorité. Certes, la romance a moins d’impact (sauf avec Sasazuka ♥) mais elle est plus crédible par rapport à l’univers. Et franchement, on n’en veut même pas aux scénaristes d’avoir privilégier un scénario solide et un univers brillant. Les romantiques seront de toute façon comblées car un fandisc est prévu pour cette année.

Akazukin.To.Mayoi.No.Mori.full.1078472
Akazukin to mayoi no mori, PC, 2011

Aparté : les otome games érotiques

Si à l’heure actuelle on est encore pas trop envahi d’otome érotiques en langue anglaise, il est bon de préciser qu’ils sont bien plus violents que leurs homologues all-ages et que les violences sexuelles sont présentes. C’est pour cela que jamais, sur ce blog, je mettrais en avant un otome avec du contenu érotique SAUF si évidemment le jeu bénéficie d’une version tous publics. La raison ? Tout simplement parce que sur la petite dizaine que j’ai pu faire, il est rarement fait état de relations pleinement consenties. Je suis consciente que c’est de la fiction et qu’il y a un énorme recul à avoir sur ce type de contenus. Cependant, il m’est difficile de donner du crédit à des oeuvres montrant des scènes de viol et de violences physiques.

Si vous vous aventurez sur le chemin des otome games érotiques, c’est à vos risques et périls. Ne venez jamais vous plaindre ni même chercher à provoquer une shitstorm. Ça ne servira tout simplement à rien. La seule chose que je puisse faire, c’est vous avertir et éventuellement vous donner les clés pour comprendre l’existence de ces jeux (qui ma foi, partent d’un bon sentiment, après tout, pourquoi on aurait pas droit à des contenus érotiques, nous les femmes ?). Mais gardez en tête : c’est au-delà de ce que vous pouvez imaginer. C’est beaucoup de scènes non consenties, d’une violence psychologique et parfois même physique envers l’héroïne. Les personnages ne sont pas tous de gentils princes charmants et virent en violeurs en série avant même qu’on ait eu le temps de dire « Quoi ? ». Et je rajouterai que si des jeux comme If God were in this world ou Black wolves saga vous ont choqué : ne tentez JAMAIS un otome R-18

316379_611082358919854_1456822884_n
Wajin Ibunroku ~Asaki, Yumemishi~, PC, 2013

Conseils et choix

Les quelques pistes de jeux que je vous donne ne sont que des suggestions. Cependant je rajouterai qu’il est essentiel de bien choisir ses otome games et ne pas faire ce que j’ai pu faire, à savoir les enchainer un peu trop vite. Aussi, comme dit en intro, renseignez-vous toujours sur le contenu d’un otome game. Sur le site américain de l’ESRB (l’équivalent de notre PEGI), il y a une description détaillée du contenu du jeu et du pourquoi de sa classification. Cela vous donnera une idée assez précise avant de vous lancer. Sachez qu’au Japon les jeux ont leur propre système de classification le CERO. N’hésitez pas à lire des critiques avant de vous lancer afin de tester la température et savoir si le jeu vous plaira ou pas.

Soyez également conscient que l’écrasante majorité des otome games sont des romans interactifs. C’est très bavard, c’est beaucoup de textes et si vous êtes allergique à la lecture, vous risquez d’avoir du mal. Commencez par des sessions courtes de 15-30 minutes de lecture. Pour les jeux en japonais c’est même vivement recommandé. Prenez votre temps et considérez ces jeux comme des livres dont vous suivez une histoire.


Il ne me reste plus qu’à vous souhaitez une agréables lecture en compagnie de beaux garçons 🙂

Etes vous d’accord avec mes suggestions ? Quels titres conseillerez-vous ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s